Dans le monde, il y a 9 espèces de baobab, on peut en rencontrer 07 à Madagascar et 06 y sont endémiques.

Nous avons le plaisir de vous partager les informations sur l’emblème de la flore malagasy : les baobabs.

De son nom Scientifique : Adansonia, en l’honneur de l’explorateur naturaliste Michel Adanson qui l’a découvert au XVIIIème siècle,  le baobab est un arbre majestueux et très sacré dans la grande île. Ils résistent à des chaleurs intenses, et peuvent vivre très vieux, ils atteignent une hauteur de 40 mètres.

Le Baobab perd ses feuilles en saison sèche et stocke une grande quantité d’eau dans leur tronc qui prend une allure de bouteille.

Le bois du baobab est spongieux et friable, il est impossible de l’utiliser pour des constructions ou en fabriquer des meubles ; par contre le fruit : « akoussa » ou pain de singe est consommé par la population locale.

La croissance des baobabs varie selon le type de terrain ou il est planté, du climat et de l’espèce et varie entre 1mm à 1cm par an. Les baobabs grandissent de part égale au-dessous et en dessus du sol, la raison pour laquelle ils sont biens enracinés qu’ils résistent aux cyclones tropicales.

La région la plus riche en baobab est la partie Ouest de la grande île, plus exactement dans le parc national de Kirindy-Mitea, mais le lieu le plus visité par les touristes est sans aucun doute la fameuse Allée des baobabs, situant à 18 Kilomètres au Nord de la ville de Morondava d’où apprécier un bon coucher de soleil accompagné d’un cocktail sur place est un véritable plaisir.

Pour la population locale, les baobabs sont des arbres sacrés. Dans la partie Sud de l’île, des rituels sont célébrés autour du Baobab le plus vieux. Il est également dit que dans le Baobab vie l’esprit de la forêt que l’on appelle : Kokolampo de même que l’âme de nos anciens.

Selon la légende, le Baobab est un arbre maudit qui à défier le Dieu en se lamentant toutefois de sa situation, le Dieu de la nature furieux, l’a lancé à l’autre bout de l’île, dans la région la plus sèche de Madagascar et malheureusement, les baobabs atterrissent à l’envers, la tête enfoncée en premier et les racines en l’air ; la mythologie locale l’appelle alors l’arbre renversé

Il est également connu sous le nom de Renala ou Reniala : mère de la forêt

L’Adansonia rubrostipa : C’est le plus petit des baobabs de Madagascar, avec ses 4 à 5m de hauteur. Le tronc a une forme particulière de bouteille, avec un resserrement visible au-dessous des branches

L’Adansonia madagascariensis : Présent dans les forêts sèches à semi-sèches de la province de Majunga et aussi dans le nord. Il a une taille variable de 5m à 20m. Son tronc évolue de la bouteille ventrue au cylindre.

 

L’Adansonia perrieri : C’est un arbre très rare, menacé de disparition. Il végète dans la région d’Antsiranana (Diego Suarez), au nord de l’île. Il peut mesurer plus de 30m.

L’Adansonia Grandidieri, une espèce parmi les 6 endémiques de Madagascar: Présent près de Morombe et Morondava dans l’ouest de Madagascar. Il peut atteindre plus de 25m de haut, ayant un tronc cylindrique de 9 à 10 m de circonférence.

 

L’Adansonia suarezensis : C’est un arbre en grand danger. Sa zone de végétation se restreint au nord de Madagascar près d’Antsiranana

L’Adansonia za : C’est le baobab le plus répandu sur l’île. Il pousse dans le sud, l’ouest et le nord-ouest.